30 avril 2001

L'après-Sommet des Amériques: Trois commentaires recus + Déclaration du Deuxième Sommet des peuples + Communiqué de presse du Sommet des peuples + Nouvelles de Par 4 Chemins et Concert pour la Terre à Montréal de dimanche dernier à l'occasion du Jour de la Terre + Emission écolo de CKUT recherche collaborateurs-trices


Bonjour à tous et à toutes

Le Sommet des Amériques et son cortège d'images reflétant la violence oppressive d'un système fondé sur le pouvoir de l'argent et au service de ceux qui en tirent les ficelles dans l'ombre semble déjà bien loin. Quelques jours d'un soleil printanier tant attendu suivant une pluie bienfaitrice ont suffit à faire disparaître l'odeur tenace des gaz lacrymogènes dans les rues du vieux Québec et à effacer de la conscience de la plupart des gens le souvenir de ces affrontements entre "forces de l'ordre" et manifestants mécontents du projet de Zone de libre échange des Amériques.

Il convient sans doute de se demander si la devise du Québec - « Je me souviens » - sera mise en pratique par ceux et celles que tout, de la lutte quotidienne pour "gagner son pain quotidien" aux discours lénifiants et rassurants des chefs d'États largement diffusés par les médias, contribue à maintenir dans une trance collective de consommateurs euphoriques, heureux de profiter des aubaines rendues possibles par le labeur sous-payé des travailleurs du Tiers Monde. Bientôt ce sera le temps des vacances et tout se liguera pour nous faire oublier encore plus la rage de voir l'apparence de démocratie bafouée au nom de la sécurité des chefs d'État ainsi que les espoirs soulevés par la vaste participation populaire à la marche des peuples et par le travail visionnaire et éclairé des délégués ayant participé au Sommet des Peuples.

Pour nous aider à ne pas oublier, vous trouverez ci-après quelques commentaires reçus ainsi que la très belle Déclaration du Deuxième Sommet des peuples à laquelle aucun média "d'information" n'a cru bon - à ma connaissance - de faire écho. Il est à souhaiter que le mouvement de solidarité dont la vigueur et la richesse ont trouvé une expression si bien articulée dans cette déclaration finale du sommet continuera son essor et que les liens tissés entre les participant-e-s de ce sommet ne feront que se raffermir, tout autant que la volonté commune de créer une alternative humaine, écologiquement viable et socialement équitable au modèle de développement corporatif et mercantile proposés par les apôtres du pouvoir des riches que sont devenus nos gouvernements néo-libéraux.

Un monde meilleur *est* possible dans la mesure où les valeurs du coeur réussiront à prévaloir et où tous ceux et celles qui y croient se donneront la main pour y oeuvrer avec détermination, confiance et sérénité.

Fraternellement

Jean Hudon
Coordonnateur du Réseau Arc-en-ciel de la Terre
http://www.cybernaute.com/earthconcert2000
et du Groupe focalisateur
http://www.aei.ca/~cep/GroupeFocal.htm

P.S. Si ce n'est pas encore fait, passez visiter ces 2 sites ci-dessus pour avoir une vue d’ensemble de mon travail et des sujets abordés - voir notamment la section française du site du Réseau Arc-en-ciel de la Terre. Plus de 430 documents (principalement en anglais) déjà envoyés aux membres du Réseau y sont archivés. Pour être ajouté-e à ma liste d'envoi française, il suffit de le demander. Même chose pour ne plus en être.

Par ailleurs, si vous avez une assez bonne maîtrise de l'anglais et aimeriez recevoir régulièrement de l'information généralement fiable -- et rarement diffusée en général dans les médias conventionnels -- sur une foule de sujets, vous êtes bienvenu-e de me demander à être également ajouté-e sur ma liste anglaise à laquelle j’envoie de fréquents courriels (de 12 pages chacun) compilés à partir de ce que je reçois des nombreuses personnes en correspondance avec moi (plus de 1800 personnes d’une cinquantaine de pays - sans compter les 710 personnes de la liste française) et de ce qu'il me semble urgent de s'occuper ou utile à savoir.





From: "Rocio LAFOND" <Rocio.LAFOND@wanadoo.fr>
Subject: Re: Bilan du Sommet des Amériques
Date: Mon, 23 Apr 2001

Merci encore et toujours pour le mal que vous vous donnez pour faire passer toutes ces informations! Un bel exemple d'information pour et par la grande famille Humaine!

J'espère que le jour ou chacun de nous prendra responsabilité pour ce qu'il pense, ce qu'il dit et ce qu'il fait, n'est plus très loin! Cette allégeance des pays pauvres envers le président Bush cache en fait l'impossibilité pour les dirigeants de se responsabiliser d'eux mêmes et de leurs pays! C'est clair qu'en ayant le Big Brother de son côte chacun pourra dire "ce n'est pas moi, j'ai eu tant de pression, vous savez être à côté des USA ce n'est pas si facile"...

Heureusement il y a de l'espoir tant que chacun de nous reste motivé et s'implique dans une action bénéfique pour l'humanité!

Je voudrais vous redemander cher Jean :

Je suis la présidente d'une Association (loi de 1901 en France, donc à but non lucratif) nommée "Chac Mool" dont le nom veut dire "Le gardien". Le but de notre association est de sauvegarder les connaissances ancestrales (surtout des peuples en danger) en tant que patrimoine de l'Humanité. Chacun pourra puiser dans ces recueils pour trouver son cap, si j'ose dire comme ça. Je fais un appel à toutes les bonnes volontés puisque nous avons besoin de matériel cinématographique, de billets d'avion pour pouvoir nous déplacer vers les sommets inter-chamanistisques qui se tiennent chaque année chaque fois dans une région différente. Nous avons déjà la permission de filmer, mais nous manquons de beaucoup de choses! Vous voyez si vous pouvez faire quelque chose pour notre cause!

Merci, et merci encore et toujours!

NOTE DE JEAN: Eh bien! le mot est passé. Espérons que quelqu'un pourra répondre à votre demande d'aide. Dès que ces recueils de connaissance ancestrale seront disponibles, faites-nous-le savoir!




From: "G Denoual" <carodet@abacom.com>
Subject: Re: Bilan du Sommet des Amériques
Date: Sun, 22 Apr 2001

Bonjour Jean,

Merci beaucoup pour ta couverture de cet événement ainsi que pour ton commentaire personnel très lucide.

J'abonde dans ton sens quand tu parles de "l'unification de l'ensemble de la communauté humaine planétaire, dans le cadre d'un système de gouvernance mondial ". Pour qu'un jour nous soyons tous des citoyens planétaires et que l'humanité soit Une. Je crois, moi aussi que cela passe par une refonte fondamentale de l'ONU (qui a été créée dans ce sens). Mais cela prendra du temps bien sûr; l'humanité, comme tu le dis si bien doit changer de niveau conscience et pour cela chacun de nous doit ouvrir sa conscience, individuellement et devenir consom-acteur, acteur du changement. Dans nos actes quotidiens nous avons le pouvoir de choisir, le pouvoir de dire non à une société dont nous ne voulons pas. Alors usons de ce pouvoir, abusons-en.

Gérard

NDJ: Fort bien dit!




From: "Nancy Donnelly" <gipsygirls@hotmail.com>
Subject: Re: Bilan du Sommet des Amériques
Date: Sun, 22 Apr 2001

Allo Jean,

Quelques commentaires sur la vie en tant que manifestante et de citoyenne de la ville de Québec. Pour commencer, je me suis vite rendue compte que nous étions surveillés sur Internet. Tous les messages me provenant de spirit web ou de ta part me parvenaient avec une lenteur incroyable. De plus, je ne pouvais accéder à aucun des sites que tu nous suggérais. Impossible de naviguer sur les sites de conscientisation. Mon écran se brouillait et des lignes apparaissaient. Une amie à moi a dit qu'elle entendait de drôles de bruit en se servant de son téléphone. Mes doutes ont été confirmés par un agent de télécommunication chargé de la surveillance des gens de certains quartiers de la ville. Quelques verres lui ont fait dire ce qui devait rester caché.

Nouveaux joujoux des policiers, les bombes lacrimogènes (NDJ: plus de 5,000 de ces grenades au coût de $75 chacune ont été lancées contre les manifestants). Wow! je pensais pas qu'ils pouvaient en avoir autant. Vendredi après-midi, je participais à une manifestation dans une zone verte,i.e. dite pacifique et sans avertissement, les policiers ont lancé quelques-unes de ces bombes. Les gens dansaient, jouaient de la musique pour la paix et puis pouf! Les observateurs des droits humains ont bien déploré l'événement mais...

Samedi l'air était irrespirable, quelqu'un a dû oublier que Québec est la ville des vents. Tout le monde a été incommodés; Manifestants, parents, enfants, chiens, policiers, journalistes et même les politiciens. Quelle farce!

En revenant de travailler vendredi dans la nuit, nous étions seuls et puis tout à coup une bombe est venue dans notre direction. Je ne voulais que mon lit mais non toute cette boucane. Une expérience de plus dans ma vie. Mais c'est vraiment incroyable l'effet que ça fait. On ne peut plus respirer et ça brûle autant sur la peau qu'à l'intérieur. Je comprends que certains manifestants tout d'un coup changent d'attitude et deviennent agressifs. Et, de plus, je crois que c'est le but de cette cochonnerie. Dommage que les médias n'en ai pas profité pour faire ce que la conscience demandait. Pour quelques troubles-fêtes, tout le reste a perdu de son importance. Je suis pacifique et je rêve de la paix, de l'amour et de l'harmonie mais j'ai bien hâte que certains se remémorent le pourquoi de cette incarnation. La vie fait son chemin lentement mais surement. Aidons du mieux que l'on peut par notre comportement. Un coeur pur et des pensées constructives, voici ma devise. Maintenant, je dois continuer à y travailler.

Un gros merci à toi, Jean.

Nancy Donnelly


NDJ: Et un gros merci à toi aussi Nancy d'avoir si bien partagé ton sentiment au sujet de ces événements!




J'AI PENSÉ QUE CECI POURRAIT VOUS INTÉRESSER...

Déclaration du Deuxième Sommet des peuples
Québec, le 19 avril 2001

NON À LA ZLÉA !

D’AUTRES AMÉRIQUES SONT POSSIBLES !

Nous, déléguées et délégués du Deuxième Sommet des peuples des Amériques, déclarons notre opposition au projet de Zone de libre-échange des Amériques (ZLEA) concocté conjointement et secrètement par les 34 chefs d’État et de gouvernement et le Forum des gens d’affaires des Amériques.

Qui sommes-nous ? Nous sommes l’Alliance sociale continentale. Nous venons de tous les coins des Amériques faire entendre la voix des organisations syndicales, populaires et environnementales, des groupes de femmes, des organismes de défense des droits humains, des groupes de solidarité internationale, des associations autochtones, des paysans et paysannes, des étudiants et étudiantes, ainsi que des groupes oecuméniques.

Nous rejetons ce projet de libéralisation des échanges et des investissements, de déréglementation et de privatisation. Nous nous opposons à un projet néolibéral raciste, sexiste, inéquitable et destructeur de l’environnement.

Nous proposons de bâtir de nouvelles voies d’intégration continentale basées sur la démocratie, l’égalité, la solidarité, le respect des droits humains et de l’environnement.

DES PROMESSES NON TENUES

Depuis le Sommet de Miami de 1994, les chefs d’État et de gouvernement se sont engagés à renforcer la démocratie et les droits de la personne, à soutenir l’éducation et à réduire la pauvreté dans les Amériques. Depuis sept ans, rien n’a été fait. Le seul dossier qui a progressé, à la faveur du déficit démocratique, c’est la négociation de la Zone de libre-échange des Amériques (ZLEA).

Ce n’est pas la première fois que présidents et chefs d’État nous promettent un monde meilleur. Ce n’est pas la première fois qu’on demande aux peuples des Amériques d’attendre les hypothétiques fruits du libre-échange. Ce n’est pas la première fois que nous sommes forcés de constater que les chefs d’État n’ont pas tenu leurs promesses.

Le projet de ZLEA constitue une charte des droits et libertés des investisseurs, consacre la primauté du capital sur le travail, transforme la vie et le monde en marchandise, nie les droits humains, sabote la démocratie et mine la souveraineté des États.


DES AMÉRIQUES ASYMÉTRIQUES

Nous vivons dans des Amériques marquées par des inégalités intolérables et d’injustifiables asymétries politiques et économiques :

- une population de 800 millions de personnes, dont près de 500 millions vivent en Amérique latine et dans la pauvreté ;
- une dette inacceptable de 792 milliards de dollars US due au Nord, dont 123 milliards en paiement pour le service de la dette pour la seule année 1999 ;
- une concentration des capitaux, des technologies et des brevets au Nord ;
- 80 % du poids économique détenu par les États-Unis et le Canada à eux seuls;
- un marché du travail où une forte proportion des emplois sont dans le secteur informel, un secteur sans voix où les droits du travail sont constamment bafoués.

Les accords de libre-échange aggravent les inégalités entre riches et pauvres, entre hommes et femmes, entre pays du Nord et pays du Sud ; ils détruisent les liens écologiques entre l’espèce humaine et l’environnement. Seulement 20 % de la population mondiale consomme 80 % des ressources naturelles de la planète. Ces accords orientent l’économie vers l’exportation au détriment des besoins des communautés locales. On assiste à la consolidation du pouvoir économique et juridique des entreprises au détriment du pouvoir souverain des peuples.

Les accords de libre-échange peuvent entraîner l’éclatement du tissu familial et social, ce qui aurait de graves répercussions pour la croissance et l’épanouissement des jeunes.

Les accords de libre-échange favorisent la marchandisation du patrimoine de l'humanité et de la planète. La logique néolibérale renvoie le citoyen au rang de simple consommateur. Elle recherche le rendement à court terme sans tenir compte des coûts sociaux et environnementaux.

Sous la pression des grandes industries agroalimentaires et des politiques de dumping, les accords de libre-échange menacent l’agriculture locale (surtout assumée par les femmes), mettant en péril la sécurité alimentaire.

Les accords de libre-échange favorisent la privatisation systématique des services publics tels que la santé, l’éducation et les programmes sociaux, par le biais des programmes d’ajustements structurels au Sud et des compressions budgétaires au Nord.

Les accords de libre-échange entretiennent la marginalisation des peuples autochtones et l’appropriation marchande de leurs connaissances.

Les accords de libre-échange entraînent une féminisation croissante de la pauvreté et une exacerbation des inégalités déjà existantes entre les femmes et les hommes. Ils augmentent notamment les inégalités salariales, le travail dans des conditions pénibles et souvent dégradantes, sans droit à la syndicalisation. Ils accroissent aussi le travail non rémunéré et non reconnu que constitue la prise en charge de la famille et de la communauté, la violence familiale ainsi que la traite sexuelle des femmes.

Il n’y a pas d’accord équitable possible dans un tel contexte.


CE QUE NOUS VOULONS

Nous voulons que soit assurée la primauté des droits humains et des droits collectifs, tels qu’ils sont définis dans les instruments internationaux, sur les accords commerciaux. Ces droits doivent être respectés sans distinction ni exclusion fondée sur le sexe, l’orientation sexuelle, l’âge, l’ethnie, la nationalité, la religion, les convictions politiques ou les conditions économiques.

Nous exigeons le respect absolu des droits humains, qui sont universels, égaux et indivisibles.

Nous voulons bâtir des ponts entre les peuples des Amériques, nous nourrir du pluralisme de nos histoires et de nos cultures, nous renforcer mutuellement dans l’exercice d’une démocratie représentative et participative.

Nous voulons une véritable égalité entre les femmes et les hommes, des soins assurés à tous les enfants, le respect de l’environnement et le partage équitable des richesses.

Nous voulons le respect intégral des droits fondamentaux du travail, dont le droit d’association, le droit à la négociation de conventions collectives et le droit de grève. Ces droits doivent s’appliquer également aux travailleurs migrants.

Nous accueillons la déclaration du Sommet des peuples autochtones tenu à Ottawa du 29 au 31 mars 2001 et nous réclamons la reconnaissance de leurs droits fondamentaux.

Nous voulons des États promoteurs du bien commun, capables d’intervenir activement pour assurer le respect de tous les droits humains, y compris, pour les femmes, le droit à une maternité librement consentie ; pour renforcer la démocratie, incluant le droit à la communication ; pour assurer la production et la distribution de la richesse.

Nous voulons que les États garantissent l’accès universel et gratuit à une éducation publique de qualité, à des services sociaux et à des services de santé, incluant les services destinés aux femmes (maternité, contraception, avortement) ; qu’ils éliminent la violence envers les femmes et les enfants ; qu’ils assurent le respect de l’environnement pour les populations actuelles et les générations futures.

Nous voulons des investissements socialement productifs et écologiquement responsables. Les règles applicables à l’échelle continentale doivent encourager les investissements créateurs d’emplois de qualité plutôt que les investissements spéculatifs. Elles doivent également favoriser une production durable et la stabilité économique.

Nous voulons un commerce équitable.

Nous exigeons la levée de l’embargo américain contre Cuba.

Nous réclamons l’arrêt immédiat du plan Colombie, qui militarise l’ensemble de la région et aggrave la situation déjà déplorable des droits humains.

Nous exigeons des mécanismes démocratiques d’adoption de tout éventuel accord, incluant sa ratification par référendum.

Nous accueillons avec enthousiasme les conclusions des différents forums du Sommet des peuples. Ces travaux enrichiront notre projet alternatif pour les Amériques.

Nous appelons les populations des Amériques à intensifier leur mobilisation pour combattre le projet de ZLEA et développer d’autres modes d’intégration fondés sur la démocratie, la justice sociale et la protection de l’environnement.

D’AUTRES AMÉRIQUES SONT POSSIBLES !




VOICI CE QUE LES CHEFS D'ÉTAT ONT AUSSI REFUSÉ D'ENTENDRE COMME MESSAGE DES OPPOSANTS

COMMUNIQUÉ DE PRESSE (1)

Le Sommet des peuples défie les chefs d`État de tenir un référendum sur la ratification de la ZLEA.

Québec, le vendredi 20 avril 2001 – Le Sommet des peuples presse les chefs d’État de prendre l’engagement formel, lors du Sommet de Québec, de tenir un référendum avant de ratifier l’accord de Zone de libre-échange des Amériques (ZLEA).

« Alors qu’ils s’apprêtent à adopter une déclaration en faveur de la démocratie dans les Amériques, nous voulons rappeler aux chefs d’État que la démocratie est bien davantage que des élections ponctuelles, clament les porte-parole de l’Alliance sociale continentale (ASC). La mise sur pied d’une Zone de libre-échange panaméricaine sans une consultation référendaire préalable serait considérée comme illégitime et inacceptable pour les organisations de la société civile des Amériques. »

L’Alliance sociale continentale rejette la ZLEA. La coalition d’organismes de la société civile des Amériques considère ce projet d’accord, négocié en catimini avec des gens d’affaires, sans véritable consultation auprès des citoyennes et citoyens des Amériques, comme un véritable affront à la démocratie.

« Plus les peuples des Amériques en apprennent sur ce projet d’accord de libre-échange, plus ils se questionnent. Si les chefs d’État sont si convaincus que cet accord répond aux aspirations des peuples des Amériques, nous les défions de s’engager dès avant la fin de leur rencontre à tenir un référendum sur la question », ont lancé les représentants de l’ASC.

« Les chefs d’État ont refusé de débattre publiquement avec nous des enjeux qui concernent l’ensemble des population des Amériques. Ils doivent mettre fin à ces négociations derrière des portes closes d’accords qui ont des implications directes sur les conditions de vie et de travail de millions de personnes. Nous réclamons le droit pour toutes et tous de se prononcer sur une éventuelle entente de libre-échange des Amériques », de conclure les porte-parole de l’Alliance.


Renseignements : Bernard Larin, (514) 626-1980
Jean-Pierre Larche, (514) 598-2152
Denise Babin, (418) 692-2517, poste 287




DIMANCHE DERNIER SE DÉROULAIT AUSSI LE JOUR DE LA TERRE AUQUEL CE BULLETIN FAIT ÉCHO

From: par4@radio-canada.ca
Date: Fri, 27 Apr 2001
X-URL: http://radio-canada.ca/par4
Subject: Nouvelles de Par 4 Chemins

Chers internautes et auditeurs de "Par 4 chemins"

Le Magazine Par 4 chemins est en ligne:

Vous y trouverez, outre le livre et le disque de la semaine, la transcription du Concert pour la Terre qu'animait Jacques Languirand dimanche dernier (avec les entrevues de Frédéric Back et Hubert Reeves), la transcription de la huitième émission de la série "Nouveau Planète", qui complète la série, et la deuxième partie de l'entrevue de Jacques Languirand avec Marc de Smedt sur la pratique méditative. La discographie de la prochaine émission est aussi disponible.

Vous constaterez que le fichier audio ne comporte pas l'intégrale du Concert: une note, disponible à partir du magazine, vous en expliquera la raison.
http://radio-canada.ca/par4/mag/20010422/accueil_20010422.html

Transcription de l'émission radio du dimanche 22 avril 2001

Si le Jour de la Terre est une occasion de célébrer la Terre Mère, c'en fut aussi une pour dresser un bilan de la situation environnementale. Nous abordons particulièrement cette année le problème du réchauffement de la planète, afin de prendre conscience des périls qui menacent de se terminer par une apocalyspe que décrivent d'ailleurs assez justement des textes shivaïtes anciens. Si les premiers astronautes ont tenté, par leurs témoignages, de nous sensibiliser à la relative fragilité de la planète bleue, Frédéric Back, écologiste de la première heure, explique en entrevue comment il a essayé à travers son oeuvre de transmettre l'amour de la nature. Hubert Reeves, volontairement optimiste, nous appelle à nous mobiliser pour contraindre les gouvernements à prendre les mesures nécessaires pour diminuer la pollution. Enfin, par sa vision, René Dubos nous invite à "courtiser la Terre", de telle sorte que nous actualisions les potentialités virtuelles de la nature.

Pour célébrer la Terre Mère:
http://radio-canada.ca/par4/special/jourdelaterre/frame_emission.html

La troisième heure était composée d'extraits de l'entrevue de Albert Jacquard diffusée en octobre 2000, que vous pouvez écouter et lire intégralement.

Entretien avec Albert Jacquard:
http://radio-canada.ca/par4/salon/jacquard_frameset_inv.html

CLIP

Nous vous attendons chaque dimanche à compter de 20 h 05 (21 h 05 dans les Maritimes) sur les ondes de la Première chaîne de Radio-Canada ou sur le site de Par 4 chemins: http://radio-canada.ca/par4/accueil.html

Bonne semaine à tous!

L'équipe de Par 4 chemins
(Jacques, Bruno, Marc, Nicole, Noélise, Lina et Stéphanie)

Si vous désirez recevoir ce bulletin, veuillez nous le faire savoir par courriel à l'adresse suivante : par4@radio-canada.ca




SI LA VIE VOUS INTÉRESSE...

From: Agendamilitant@aol.com
Date: Fri, 27 Apr 2001
Subject: Emission écolo de CKUT recherche collaborateurs-trices

Le Show Enviro

CKUT 90.3 FM désire lancer une émission qui traite de questions environnementales locales et internationales.

Nous avons une excellente réalisatrice et nous recherchons des collaborateurs. Des gens qui seraient prêts à contribuer régulièrement à notre émission.

Nous fournissons le matériel technique et beaucoup de formation.

Alors, si vous avez une idée ou deux ou si vous voulez tout simplement participer à la mise en marche d'une émission hors du commun.

Venez le jeudi 10 mai au 3647 University 2ième étage, 18h00
Info: Luca 398-6787 ext, 2593
culture@ckut.ca







RETOUR LA PAGE D'ACCUEIL DE CE SITE